Comme son nom l’indique, la signalétique a pour objectif principal d’informer et d’orienter le futur consommateur vers l’endroit choisi. Un habile mélange de communication et d’indications déterminent ainsi un sens de circulation tout en restant visible, compréhensible et synthétique. Mais le strictement informatif ne suffit plus ! Dans un quotidien au cours duquel nous sommes exposés en moyenne à 2000 publicités sans compter les autres messages annexes, comment pouvons-nous emmagasiner autant d’informations sans en perdre en chemin ? La signalétique s’adapte donc à cette nouvelle problématique en sortant des sentiers battus, en utilisant les codes du trompe-l’œil, de l’illusion, en s’inscrivant dans un espace en 3 dimensions, en se démarquant dans la forme, tout en gardant le fond.

L’art du covering, ou le très (très) grand format

Plus c’est grand, plus c’est visible : cette lapalissade n’a jamais eu autant de sens dans la signalétique d’aujourd’hui ! Le covering publicitaire se développe vitesse grand V, et avec cela, les impressions en très grand format : recouvrir la façade entière d’un immeuble, par exemple, cela requiert une nouvelle manière de s’approprier le message informatif et d’en jouer avec les codes. Puisque le message, de toutes façons, ne passera pas inaperçu, il faut absolument qu’il sorte du lot et divertisse le spectateur !

Le street marketing, ou le monde en trompe-l’oeil

Grosse tendance également, celle de l’utilisation du street marketing dans sa manière de communiquer le message. Auparavant réservé à des artistes de rue, frisant avec l’illégalité et assumant totalement le détournement des objets de notre quotidien, le street marketing est devenu un élément prépondérant de la communication des grandes marques. Le but est : créer une interaction avec le passant, en lui offrant la possibilité d’utiliser ces éléments familiers de manière détournée. Ce dernier passe ainsi d’un statut de spectateur à celui d’acteur en interagissant avec le message de la marque, et en retient donc plus facilement les valeurs.

L’anamorphose, ou le monde en 3 dimensions

Fini le message écrit sur une affiche unique placardée quelque part : Bienvenue dans l’ère de la 3D, du volume et du relief ! Cette nouvelle manière de faire intègre l’espace comme partie prenante du message global et propose aux passants son interprétation spécifique. La grande nouveauté, c’est l’importance du placement du sujet par rapport à la signalétique. Selon le point de vue dans lequel il se trouve, le consommateur aura l’occasion de se déplacer, d’interagir pour saisir le message dans son ensemble en se plaçant exactement là où l’auteur l’a voulu. Cette forme de signalétique privilégie la curiosité et le côté insolite en interpellant le spectateur du message.